En Italie, au moins un médecin traitant sur deux ne connaît pas la cigarette électronique ou ses bienfaits. C’est ce qui ressort d’une enquête sur un échantillon d’environ 400 médecins.

Un aspect sérieux, un aspect alarmant, mais surtout un problème à résoudre le plus rapidement possible avec des campagnes de sensibilisation, et pour les médecins et les fumeurs. Les médecins généralistes, en Italie, jouent toujours un rôle très important en ce qui concerne les premiers diagnostics et les premiers conseils pour leurs patients, alors pensons à tous ceux qui voudraient arrêter de fumer, peut-être grâce à un outil éprouvé comme la cigarette électronique et, par conséquent, pourrait être recommandé (comme cela se produit déjà en Angleterre) par votre médecin.

En outre, l’utilisation de la cigarette électronique comme moyen d’arrêter de fumer est un sujet souvent et volontiers abordé par le professeur Fabio Beatrice. Il serait donc peut-être bon de standardiser le système de santé en informant et surtout en formant le personnel, pour le bien de tous.